Ni Dieu, ni Maître

13.05.08

J'ai rêvé...(ouais moi aussi des fois je rêvationne)

In the brightest hour, in my darkest day
I realized what is wrong with me
Can't get over you
Can't get threw to you
It's been a hell to helther skelter
The romance from the start
Take these memories that are haunting me
Of a paper man cut into shreds
By his own pair of scissors
He'll never forgive her
He'll never forgive her

Because days come and go
But my feelings for you are forever
Because days come and go
But my feelings for you are forever

Sitting by a fire on a lonely night
Hanging over from another good time
With another girl, little dirty girl
You should listen to this story of a life
You're my heroine in this moment I'm lonely
Fulfilling my darkest dreams
All these drugs, all these women
I'm never forgiving
This broken heart of mine

Because days come and go
But my feelings for you are forever
Because days come and go
But my feelings for you are forever

One last kiss before i go
Dry your tears
It is time to let you go
One last kiss before i go
Dry your tears
It is time to let you go

© Papa Roach - Forever

Posté par CarmenCru à 14:18 - Commentaires [10] - Permalien [#]


27.10.07

Hard blow (Now, you can play around)

Teen girl: Ugh, it stinks in here!
Woman in stall: There's a book in the gift shop called Everyone Poops. You should look into it.

Overheard by: i just had to pee

Small child, trying a Sprite: I don't like it.
Dad: If you don't like the taste, just spit it out.
Mom: I've heard that one before...

Guy: Hey, I'm lookin' for a book.
Lady behind the counter: Um, okay. Did you have any particular one in mind?
Guy, laughing: No. Hell no. I don't fuckin' read. I'm just lookin' for something I can take over to Central Park so I can get hit on by chicks who think I'm smart and shit.
Lady behind counter: Try Nietzsche...

Posté par CarmenCru à 14:42 - Commentaires [4] - Permalien [#]

16.10.07

GothZilla (et j'te *merde*)

Toi aussi t'as des copines de toi qu'elles sont fafabuleuses ? Viens, on monte un club !
Sauf que les miennes, je les prêtes pas, elles me servent trop lors des grosses bouffes entre copaings.

Copine de moi 1 et Copine de moi 2 échangent sur leurs nouveaux portables de la mort qui tue *boutouffevidéoécrangéantmp3téléfrigotélécommandepassemoiletampaX* (t'es déjà perdu ? normal, moi *aussi*) :

Copine 1 découvre soudain un gif dans son dossier pics d'une belle goth moitié à oilpé.

Copine 1 : Waaaaaa ! Mais c'quoi c'te merdasse ?!?
Copine 2 : Quoi quoi quoi ??? Montre ! MOOnntree !! MOOOOOOOOOOOOOONNTREEE !!
Copine 1 : Pitaing, une GOTH ! Tout mais pas ça ! Kécecé ce truc, j'veux pas ça dans *MON* portable quoi !
Copine 2 : Boah, c'pas la mort hein, elle est mignone la pouffiasse...
Copine 1 : Nan, j'aime pas les goths... Merde ...
Copine 2 : Bah pourquoi tu les aimes pas ? Qu'est ce que t'as contre eux ?
Copine 1 : Du MIR COULEURS !
Moi : ... MOUAHAHA (pardon, c'est *nerveux)

Une big ola pour celui qui est venu chercher bonheur ici avec : *Se gratter le cul fait puer les doigts*
Si c'est pas une grande découverte ça, j'm'y connaissois pas...

Allez les copains de moi, olé !

Posté par CarmenCru à 18:04 - Commentaires [6] - Permalien [#]

13.10.07

Dad (nothing hidden, take it easy)

I was a kid, you were my dad
I didn't always understand
I wanted freedom, you got mad
You were concerned, I got upset
I didn't recognize you yet

And did you cry, I know I did
When I lied to you
I didn't want to hurt you
I just never knew I did

You never told me that you loved me
I know you didn't know how
I guess that shows we're much the same
'Cause I love you too and until now
I've never said those words out loud
I hope you're proud
To be my dad...

What are your secrets, do you pray
Is there a god that shows your way
I wish I knew...
Do you have crazy fantasies
What happens in your dreams
I want to know...

I guess you'll always be a mystery to me
But you taught me how to value life
And what else do I need
I have a dad who watches over me

Posté par CarmenCru à 14:46 - Commentaires [13] - Permalien [#]

12.10.07

A little piece of paradise in me (dear gOD, help me)

T'y as cru, hein ? Avoue que t'y as cru !
Same player shoot again. I'm still alive, yea, yea.

Oh j'vais pas te dire que j'suis pas mortue quelques fois depuis mon dernier torchon ici, ça serait pas vrai. Je moure trèèèès souvent. Mais y ont encore pas trouvé l'engrais qui empêche de faire repousser les mauvaises herbes comme moi. Je re*pousse*, donc. Et pis comme c'est le dernier jour du ramadan, que j'viens de terminer ma pizza et que je savais pu quoi faire, me suis dit : "tiens, et si t'allais écrire un truc que personne va comprendre même pas toi après relecture tardive ?"

Et ben, tadaaaaaam. It's done.
Bon, faut pas croire, j'te lis, hein. De temps en temps.
Si j'ai pas le temps ? Ah ben si si mais j'le trouve jamais... Steak haché kéke part rien que pour m'emmerder.
Oh pis fais pas la gueule, depuis le temps, ton fan club s'est enrichi, t'as tout plein de groupies maintenant.

Me, Myself and I, on se quitte plus maintenant. Commes des siamois mais à trois parce que c'est quand même plus marrant quand on est nombreux. Tu multiplies les *inside my head* de *Me* par ceux de *Myself* et ensuite par ceux de *I* et tu comprendras vite que c'est pas demain que j'vais m'ennuyer.

Sauf que persiste un *énaurme* problème. On n'est jamais d'accord.
On a le choix entre :
L'Egypte.
Bon, ben oui, l' Egypte c'est sympa. Les pyramides, les momies (au moins ils sauront quoi foutre de mon corps, eux) et pitaing, y'a même la mer là bas, ça me dépayserait pas.
Le truc c'est que je pipe un beignet en zarabe moi. Les hiéroglyphes, je trouve ça *juste* mignon tant qu'on me demande pas de comprendre. Ouais ouais, ils causent angliche, bien suuuuuuuuure ! Un peu comme ma mère qui tente de déchiffrer un texte version sms. Je sais, je sais, parler avec les mains c'est possible mais j'suis pas persuadée que mes *travaux manuels* soient interprétés comme ils le devraient initialement.
C'est sans compter que j'vais devoir me fringuer local et que le *truc* sur la tronche, même par 45°C à l'ombre avec clim en marche et ventilos à donf, ça va pas être *possible*.
Et pis garer mon chameau tous les jours dans un garage, ça doit pas être simple. Déjà qu'une chariotte...
Mais y'a du flouze à la clef. Pas mal même. Et pis *presque* sans rien faire. Non, c'est pas le loto Egyptien mais ça y ressemble. Je dirais *Jackpot*. Et quand tu fais *presque* rien, t'as *juste* à le dépenser, *donc*. Sauf qu'en Egypte, c'est pas simple-simple de trouver kéke chose de sympa pour se faire. Même Ternet y fait la gueule là bas, faut te partager une ligne à 10. J'te laisse imaginer la fréquence de mes posts dans ce cas là.
Bref©.

Les US.
Mais 'tation, hein, pas n'importe où en zamérique. Non, non. Arizona. Comme j'te l'dis. Le désert de Gobi, c'est rien à côté. You live in the desert with a mule on the other side of the world. Pas de mer, pas de clampin pour te les briser à 6h du mat' un dimanche matin, pas de ville qui ressemble à quelque chose digne de ce nom. Juste toi et toi avec le plus proche voisin à 10 bornes. Paraît que y'a l'eau courante quand même et même Ternet. Pas rapide, hein, Ternet. Faut ptet pas pousser mémé dans les orties non plus.
Pas de flouze à la clef. Juste un *lazy you*. Que du bonheur en boite de conserve.
A première vue, c'te possibilité, tu l'évinces d'entrée de jeu. Ouais. Mais non. Faut prendre en compte le paramètre : *toutcequisembleàchiermoij'aimebien* *plusc'estpourriplusj'aime* *plusonmeditdepaslefairemoinsj'écoute*.
Et puis, les *lazy you*, ça peut avoir une *face* cachée. Aussi.
One good thing : Here I am, Las Vegas !

Et la France.
Ah merde ! Ca je connais déjà... Faut préciser que c'est Paris. Là, déjà, tu rigoles moins, hein. Moi *aussi*.
Pas de mer, pas de flouze à la clef. Même pas de bonheur en boite de conserve. Juste Ternet *haut débit*.
Ca calme.
Pourquoi elle reste en compétition alors ?
Un choix multiple se doit de contenir *au moins* trois possibilités. Quand t'en vires une, t'as l'impression d'avoir pratiquement fait la moitié du boulot.

T'as vu, yénépaschanyé, yésouitouyourslamême.
Et comme je sais que ça te manquait très beaucoup, j'te fais un cadeau. Oui oui. Un CADEAU. T'as bien lu, même pas rêvé. A gift only for you.
Oui parce que, tu vois, mes po-otes gougoliens, EUX, ils n'ont pas arrêté de venir me rendre visite.
Et j'ai encore un palmarès super kromeugnon de requests...

*Crotes de nez colé à la vitre* : ça c'est pour ceux qui doutent encore du pouvoir cohésif de ces ptites choses.

*Bras dans le fion* : ben oui, parce que *Pas d'bras, pas d'chocolat*.

*Amygdales et amour* : Après les bras...

*Reinhytblok* : Et là, 'tation, je lance un grand jeu concours ! Le premier qui trouve quoi que c'est que ce kruk, il a gagné !

Bon, c'est l'heure du goûter, olé ! Pour le vomito qui s'en suivra !

Posté par CarmenCru à 14:50 - Commentaires [15] - Permalien [#]

19.12.06

Ainsi fion fion fion (un ptit tour et puis s'en va) ...

Ah ben oui, presque un mois. *Presque*
D'un autre côté, si je fais une note aujourd'hui, j'suis tranquille pour le mois à venir et j'aurai pas besoin de te sortir la rengaine habituelle de tous ceux qui vont te filer connement et *hypocritement* leurs voeux de blah blah blah... que j't'en colle pour les dix hivers à venir.

Et puis, ça tombe bien parce que les fêtes et moi, on n'est pas très très po[o]tes. Je dirais même que si j'pouvais me faire cryogéniser l'espace d'un bon mois et demi, ça m'arrangerait *grandement*.
On va dire. Parce qu'en pratique, j'suis comme tous les golios qui se rendent compte cinq jours avant qu'ils ont quand même quelques personnes qui *comptent* et qu'il va *falloir* leur faire un cadeau.
Donc, comme tous les cons, tu te retrouves un dimanche (après avoir bossé, hein. Oui, parce que t'es quelqu'un de bien, tu bosses même le ouik-end pour *rien*. dIEU ne me le rendra même pas. C'est dire ma connerie...) soir dans les magasins que tu sais DEVOIR éviter à tout prix même en période verte.

Tu commences par te cogner l'heure réglementaire de bouchon pour accéder au parking du centre commercial. Quand tu passes la ligne blanche, tu te dis que ton calvaire touche à sa fin et que tu vas enfin pouvoir respirer autre chose que les pots d'échappement. Et ben woualou !
Oui, parce que forcément, tu te retapes une heure de *queue* (et j'peux te dire qu'elle était pas petite celle là ! En *plus*.) et une bonne vingtaine de tours gratos de parking avant de trouver une pouffiasse les bras pleins de paquets qui monte *enfin* dans sa chariotte pour se barrer. Qu'à cela ne tienne, maintenant que t'y a passé deux plombes, tu te gares, hein.

Tu pourrais pratiquement dire que c'est guillerette que tu sors de ton char d'assaut tellement t'as mal au cul d'être restée aussi longtemps assise *sans bouger*.
Tu évites tout ce qui ressemble de près ou de loin, brouillard ou pas, à un caddie pour ne *surtout* pas avoir à refaire la chenille à l'intérieur. Tu rentres les épaules parce que t'es pas bien grande et tu gonfles la poitrine pour paraître plus imposante histoire de ne pas te faire crabouiller par le premier lourdingue qui voudra regarder le même objet de convoitise que toi. (ne surtout pas mettre un orteil dans les magasins de : lingerie, chocolats, maroquinerie et parfums, sous peine de te retrouver avec tous les obsédés sexuels de la terre sur le *dos*)

Tu sais que tu n'échapperas pas à l'appel du magasin *jouets et merdes en tout genre* pour les ch'tites nenfants mais tu te dis qu'en passant *après* tous les autres, t'auras plus de chances d'arriver à voir la caverne d'Ali Baba à moins de cinq mètres.
Tu oublies donc un moment que tu n'es pas venue pour *toi* et tu te perds dans les rayons *bouquins et CD* de la FNAC (alors, pour la pub, sivouplé môssieur de la FNAC qui passe ici (ben ouais, tu peux être jaloux mais tu le montres pas), je voudrais juste *un an* de livres et CD/DVD gratuits (ben quoi, j'me dévoue pour tester les produits. C'est comme ça que ça marche, hein)) l'espace de deux heures. C'est l'appel de ta clope encore dans le paquet qui te sort brutalement de ton occupation. Machinalement, tu mattes ta montre et tu remets ta mâchoire en place avant de la perdre définitivement quand tu t'aperçois qu'il ne te reste plus qu'un tiers du temps qui t'était imparti avant la fermeture des portes. Au diable l'avarice ! Tu fumes quand même ta clope avant d'être incapable d'acheter quoi que ce soit sans passer pour une malade mentale quand les autres ouvriront les paquets.

Quand j'étais pitite, c'tait super facile. Les filles, une poupée. Les garçons, une voiture. Et tout le monde il était content.
Maintenant, c'teu misère ! T'as des trucs, tu sais même pas si c'est rose ou bleu, où ça peut bien s'allumer, dans quel sens ça s'utilise et *comment* surtout.
J'ai bien repéré des poupées. Sauf que, maintenant, elles pleurent pour de vrai avec de vraies larmes, elles pissent pour de vrai dans de vraies couches, et même qu'elles chient en couleur après avoir mangé une sorte de bouillie que même un chat affamé il en voudrait pas. (et paraît que c'est pas dangereux pour les enfants qui seraient tentés d'y goûter allégrement...par contre  disaient pas si l'odeur, elle aussi, c'était pour de vrai ou pas)
La case garçon, je l'ai faite de long en large et en travers et j'te jure que *ça* fait *peur*. Spiderman, Batman, Force rouge, Harry Potter et j't'en passe encore une bonne platrée. Rien que pour en choisir un t'es dans la merde jusqu'au cou. Et ça ne fait QUE commencer parce qu'ensuite, t'as les accessoires qui vont avec. *Lance fluide* toile d'araignée. Pour un peu, tu serais tentée d'aller dans le sex-shop le plus proche que tu connaisses pour voir ce qu'ils ont en stock d'approchant tellement t'as du mal à respirer quand tu découvres le prix du dit *misérable* accessoire.

Finalement, t'en as tellement ras la moule d'avoir parcouru *au moins* dix kilomètres dans le MEME magasin, que tu décides de suivre une famille dont tous les genres humains sont représentés, et tu achètes le premier truc que chaque gosse regarde amoureusement.

Tu te dis qu'il aurait pu te rester dix petites minutes pour te trouver une nouvelle paire de pompes parce que les tiennent commencent à faire sérieusement la gueule mais t'as les pieds tellement gonflés que les seules godasses dans lesquelles tes panards parviendront encore à entrer sont les sabots de mémé vendus dans l'arrière-boutique du magasin. Et c'est sans compter sur le fait qu'une fois TOUS les produits scannés près à être emballés et emmenés, ta chère et tendre CB décide de devenir muette comme une tombe.
Ouais mais t'es une warrior toi, donc tu sors ton chuper chéquier. Sauf qu'il te faut ta carte d'identité machin truc chouette ET que, bien sûr, tu ne l'as pas...
Grand moment de solitude quand tu regardes la file formée derrière toi à la caisse. T'évites de regarder les gens dans les yeux sous peine d'être désintégrée sur place et tu commences à faire ce que tu fais *très bien*. Parler et parler encore. Viens là que j't'embrouille (dans une prochaine vie, je serai *[con]cierge*).
Tu perds cinq bonnes minutes de plus mais comme la caissière n'en peut plus de t'entendre jacasser et qu'elle *sait* déjà qu'elle va se faire insulter par tous les emmerdeurs à venir, elle fait une exception et te prend ton chèque en pinçant les lèvres ET le cul.

Rebouchons pour sortir de l'enfer du parking, rebouchons pour accéder à la bretelle d'autoroute et un paquet de clope enfumé pour la peine.
Vivement l'année prochaine ! Olé ! (j'te dis pas à bientôt, tu *sais* que j'vais reviendre. Comme les mauvaises herbes, je repousse touyours ET surtout quand tu t'y attends le moins)

PS : Mes condoléances à celui qui est arrivé là avec : "bittes la plus longs du mondes", "partir comme un petit poulet", "grosses voix, grosses couilles", "écouter bruit de pet prout", "grosse trui cherche pieu" et "grattes moi les couilles". En espérant qu'il ne s'agit pas de la même personne pour chacune des requêtes...

Posté par CarmenCru à 19:51 - Commentaires [6] - Permalien [#]